Etes vous victime d’un pervers narcissique ?

Etes vous victime d’un pervers narcissique ?

Ces personnes ne supportent pas le moindre conflit interne, l’idée qu’ils pourraient avoir une faille ou être mauvais donc c’est forcément l’autre qui est mauvais, et ils s’emploient à le démontrer en permanence. Par exemple, s’ils pensent que vous allez mettre fin à la relation, ils veulent impérativement démontrer que si la relation n’a pas fonctionné, c’est à cause de vous.

Tout commence toujours par de la séduction. C’est-à-dire qu’on va vous expliquer que vous êtes la bonne personne et qu’on a confiance en vous : on va vous dire ce que vous avez envie d’entendre. Parce que très souvent la personne qui deviendra victime est à ce moment-là habité par un doute. Si vous venez de rencontrer un nouveau compagnon, vous vous demandez : « Est-ce que je vais être à la hauteur ? », et c’est dans ce doute-là que le pervers va venir se nicher. D’abord, il vous rassure en disant « j’ai confiance en toi », et une fois que vous avez confiance en lui, c’est à ce moment-là que cela commence, généralement très doucement, par une petite critique, par exemple : « Malgré la confiance que j’avais en toi, j’ai remarqué que… » Et au lieu de partir, vous allez chercher à vous améliorer. Et, petit à petit, vous rentrez dans un système, c’est comme une araignée qui tisse une toile autour de vous.

Un pervers narcissique

Il ne faut surtout pas répondre aux pervers. Si vous répondez, vous aurez toujours tort. Un exemple : s’il vous dit « tu es bête » et que vous lui répondez « moi, tu sais, j’ai eu mon bac », il va vous dire « mouais, mais on t’en a fait cadeau » et si vous lui rétorquez « non, j’ai dû travailler très fort pour l’avoir », il va vous dire : « tu vois, c’est la preuve que tu es bête ». Donc on ne s’en sort jamais ! Ou alors, ayez des réponses factuelles : « C’est comme ci, c’est comme ça, on ne va pas en discuter pendant des heures. » Autre chose : ne cherchez pas à le comprendre ou à lui faire comprendre quoi que ce soit parce que vous ne vous en sortirez pas. La parole est son terrain de jeu favori, donc si vous essayez de le comprendre, il va vous embrouiller, il peut même être capable à un moment donné de dire « oui, tu as raison, je suis comme ça ». Vous êtes alors rassurée, mais quelques heures plus tard ça recommence à l’identique. Les paroles n’ont aucun fond, elles ne servent qu’à vous engluer. Vous pouvez essayer de comprendre ce qui se passe mais à l’extérieur de la relation, en lisant un livre, ou avec la présence d’un tiers. Parler est une solution. L’avantage du thérapeute c’est qu’il est neutre et bienveillant. L’entourage peut avoir été séduit, ne pas comprendre ou être de parti pris alors attention ! Mais si c’est quelqu’un en qui vous avez confiance, oui, c’est une bonne idée d’aborder le sujet.

Visage du pervers narcissique

Ce sont toujours des personnes admirables au début car, paradoxalement, le pervers admire sa victime même s’il lui dit le contraire. Il se « renarcissise » dans le sens où il est fier d’avoir un beau ou une belle conjointe ou quelqu’un d’intelligent ou de connu, mais en même temps il en est jaloux. Il nous entraîne dans un paradoxe de toute façon. Et la paradoxalité est invivable. Il arrive un moment où la victime n’arrive même plus à réfléchir. Il lui adresse des injonctions paradoxales, l’assaille de fausses accusations, la dévalorise et la manipule, jusqu’au moment où son cerveau démissionne. Elle ne sait plus où elle en est, elle ne sait plus qui elle est. Et là, il la tient à sa merci. Cela peut mener à des comportements pathologiques du point de vue de la victime, de la dépression à la tentative de suicide. Certaines victimes présentent des symptômes de stress post-traumatique, comme ceux qui reviennent de la guerre ou ont vécu une catastrophe.

Que faire pour sortir de son emprise ?

On le quitte, on s’en va et on coupe les ponts. Il faut se protéger aussi et (ré)apprendre à prendre soin de soi. Très souvent, les « grandes victimes » de pervers narcissiques, quand ça dure des années, sont des personnes qui n’ont pas appris à prendre soin d’elles-mêmes. Il n’y a pas d’autre solution que s’en aller. Et c’est prendre soin de soi que de s’en aller. Pour se reconstruire, il y a un travail déjà assez long à faire, équivalent au processus de deuil. Il faut évacuer tout ce qui nous a pollué, en parler beaucoup, et ensuite se poser la question : « qu’est-ce qui fait que j’ai eu besoin de rencontrer quelqu’un comme ça ? », pour éviter de retomber sur une personne utilisant des mécanismes de défense pervers narcissiques, car il y a des personnes qui les collectionnent les uns après les autres.

Pervers narcissique dangereux.

Recommandé : ” Les Pervers narcissiques ” de Jean-Charles Bouchoux, réédité en Pocket.

6 réponses à to “Etes vous victime d’un pervers narcissique ?”

Laisser un commentaire

La thérapie systémique c’est quoi ?
La thérapie systémique est basée sur l’interaction relationnelle dans le groupe...
La thérapie à distance, c’est possible !
Horaires de travail, vie à l'étranger, vie rurale, handicap, vous ne pouvez pas vous déplacer...
Archives du blog